Skip to content
2 novembre 2016 / artmele

« Sur Ton Dos »

Étais-je pile à l’heure, ou pile en retard? Comment cela se passerait-il? Prenant mon billet in-extremis, avais-je raté les explications du départ?

Qu’importe. Le groupe, dense et massif marche lentement, et il est aisé de le rattrapper. D’autant que déjà il s’arrête et scrute le sommet … quel sommet? Que cherche-t-on? Qu’y a-t-il dans vos jumelles? Je n’en ai pas…Ce trait sur la crête, est-ce un poteau ou…l’objet de notre venue? Je ne connais rien ni personne ici. Ce poteau est-il là d’habitude?

Toutes ces questions s’entrechoquent en moi, mais je les garde. Et je regarde aussi ailleurs. Les lointains brumeux qui s’offrent ici.

std01

Intriguée.

Excitée à chaque fois que l’on aperçoit cette forme sauvage, furtive et joueuse, qui semble nous inviter à l’approcher.

std02

C’est quoi une rencontre? Qui la décide? Pourquoi choisit-on d’y aller? Qu’est-ce qui nous attire? Ici la curiosité envers l’inconnu qui propose sa présence, et qui a marqué son passage. Petit Poucet aux cailloux rouges, qui veut que je trouve son chemin.

Vous êtes un bouquetin en son pays sauvage. Vous jouez avec moi sans le vouloir. Vous disparaissez mais vous êtes là. Que faites vous hors de mon champ de vision? Craignez-vous mon arrivée que vous avez pourtant voulue?

Nous approchons, tantôt masqués, guidés les uns par les autres, découvrant autrement le chemin. Le bruit de nos pas. La musique à nos oreilles. Et ce nouveau paysage quand les bandeaux tombent! A nos pieds, vos pas d’avant, filmés, diffusés. Comme pour se présenter virtuellement. Entrecroiser nos chemins. De nos jours, c’est souvent comme ça que se préparent les rencontres…

std03

std04

Une robe suspendue dans le ciel, sous les nuages. Je m’arrête et je souris. Parce que vous suspendez le temps ici. Vous me dites que tout est possible. Pas d’interdit, pas de limite.

std12

Derrière les herbes vous nous guettez, nous vous guettons. Nous nous apprivoisons. Nous avons envie de vous voir de plus près. Vous voir vous mouvoir, et nous émouvoir.

std05

std06

std07

std08

std09

std10

Le pas s’accélère, jusqu’à vous retrouver presque figés, au sol…

std11

Plus d’images ici. Mais le souvenir de cette alchimie entre vous, et entre vous et nous. Cette perfection partagée. Rien de trop, rien de trop peu. Vos gestes, vos attitudes, vos mouvements sont au service de vos personnages et de votre plaisir évident de nous les donner à voir! Le relâchement se fait tonique juste un instant, le temps de bouger furtivement. La vélocité se stoppe infiniment molle.

Vous m’avez tant raconté par les mots de vos corps. Ce relâchement qui n’empêche rien. Ce relâchement respectable, soutenable par la présence d’autrui. Laisser faire, laisser aller, puis décider de tout changer, de choisir un autre chemin, une autre règle de jeu.

Il y a des Endroits sur Terre, des Moments, où on ne sait pourquoi on doit aller, si ce n’est pour l’envie d’écouter la petite voix au fond du cœur qui dit que ça sent bon! La Petit Céüze habitée par vous, Justine et Frédéri, ce dimanche-là en faisait partie.

Quand la petite voix ouvre la voie!

Les infos officielles sur le duo Justine et Frederi…leurs vidéos, leurs prochains spectacles…

(Après, j’ai retrouvé ma solitude et l’ai partagée avec les herbes de l’automne!)

Publicités
  1. milc / Nov 3 2016 16:44

    Emotions magnifiquement partagées !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :